Les résidences passées

"BANANALAB et L'UTOPIE FANTÔME"

Exposition de restitutions des résidences de création 2018 : Société Volatile/Léonie Young

SOCIETEVOLATILE_BANANALAB_2018
Société Volatile, Bananalab, 2018
Léonie Young en résidence chez Idem+arts
Maubeuge - Le hangar du dirigeable

Arnaud Verley, scénographe et Philémon Vanorlé, plasticien, forment un duo d’artistes depuis 2008. Ils travaillent sous l’effigie de la Société Volatile, un ancien club de pigeon devenu leur support de diffusion. La dimension tragi-comique de leurs projets est à l’image de leur vision sociétale. Parce que nous vivons une époque à la fois drôle et cruelle, le duo s’amuse des poncifs, met en scène la débauche énergétique, l’ingénierie discount, la nostalgie des années fastes et, finalement, rend hommage à la lenteur.

Sensible à la question écologique, aux discours bien-pensants (« ah oui le tout solaire »), le duo mêle le banal au spectaculaire dans des oeuvres paradoxales. La supercherie n’est pas loin, la technologie côtoie l’immobilisme conférant un trait absurde à leurs manoeuvres.

BANANALAB est un nouveau projet réalisé durant la résidence. Il s’agit d’une double-bouée banane surmontée d’une plateforme. Elle se déplace au moyen de deux artistes palmés la poussant ou la tractant sur l’eau. Véritable couteau-suisse, le BANANALAB est une embarcation multi-usages. Dans le cadre de sa résidence, la Société Volatile a tenté diverses situations journalières sur la Sambre et les plans d’eau avoisinants.

Site de la Société Volatile

« Aux cours de mes recherches sur le territoire, je me suis particulièrement intéressée à l’existence d’un imposant hangar habritant des dirigeables, construit en bord de Sambre vers 1912 et aujourd’hui disparu. Archives et articles de presse, rencontres et anecdotes, viennent petit à petit nourrir cette histoire mystérieuse et alimenter mon projet qui trouve rapidement son nom : L’utopie fantôme. Il explore les résonances de cette histoire fantomatique dans notre paysage actuel, de Maubeuge au Musée de l’air et de l’Espace du Bourget, en passant par Tropical Islands en Allemagne.  » – Léonie Young

 

 

"A Hautmont, l'écluse était presque impraticable"

Exposition de restitutions des résidences de création 2015 : Stéphane Cauchy/Fred Martin.

Fred Martin en résidence à Idem+arts
Fred Martin, Esquiz, 2015
Stéphane Cauchy en résidence à Idem+arts
Stéphane Cauchy, Structure éolienne, 2015

« Esquiz » est l’installation d’une sculpture sur la Sambre au niveau de l’écluse de Quartes de Pont-Sur-Sambre. C’est un squelette de barque de pêcheur sur pilotis à environ 2 mètres au-dessus de la surface de l’eau. Conçue en bois (demi chevrons et troncs de bouleau), la barque mesure 6 mètres de long et 3 mètres de large. La sculpture, montée sur un pseudo radeau avec l’utilisation de flotteur, est ancrée aux berges et flotte à quelques centimètres au-dessus de l’eau.

Le projet de Stéphane Cauchy a commencé par un voyage sur la Sambre en canoë pour s’arrêter à l’écluse de Quartes. Le paysage a été la source d’inspiration de l’artiste.
Le projet consiste en la construction d’une structure éolienne mobile en acier et en aluminium d’une dimension de 5x2x4 mètres, placée sur l’îlot central de l’écluse de Quartes de Pont-sur-Sambre.

Financements : Ville de Maubeuge, Conseil Départemental du Nord, CAMVS, Région Hauts-de-France, DRAC Hauts-de-France